L'Institut Jacques Monod (IJM), unité mixte de recherche du CNRS et de l'université Paris Diderot, est l'un des principaux pôles de recherche fondamentale en biologie de la région parisienne.
Son directeur par intérim est Michel Werner, directeur de recherche.

En savoir +

Actualités de l'IJM

  • Novembre 2018 : Comprendre la régénération chez les animaux, l’apport de l’annélide Platynereis

    La capacité qu’ont certains animaux à régénérer des parties importantes de leur corps après une blessure ou une amputation, fascine les biologistes depuis des siècles. L’annélide Platynereis dumerilii fait partie de ces animaux ayant des capacités remarquables de régénération. Ce ver marin est en effet capable de reformer diverses parties de son anatomie suite à une amputation, notamment ses appendices et la partie caudale de son corps. Cette dernière comprend à la fois des structures différenciées variées et des cellules souches responsables de la croissance de l’animal. Dans un article publié ce mois-ci dans Developmental Biology, Anabelle Planques et d’autres membres de l’équipe « Cellule souches, Développement et Evolution » de l’Institut Jacques Monod, en collaboration avec un chercheur de l’Université de La Corogne (Espagne), ont caractérisé la régénération caudale de Platynereis. Ils ont montré qu’il s’agit d’un processus très rapide, qui requiert de la prolifération cellulaire et pendant lequel sont exprimés plusieurs gènes connus dans divers modèles pour leur expression dans des cellules souches. L’origine des cellules participant à la régénération des structures manquantes a été également partiellement dévoilée, suggérant un rôle majeur de la dédifférenciation de cellules adjacentes au plan d’amputation. Cette étude pionnière de la régénération chez Platynereis pose les fondements pour l’identification des mécanismes contrôlant ce processus chez cette espèce et ouvre de nouvelles perspectives pour la compréhension de son évolution à l’échelle des animaux.

  • Octobre 2018 : Une mutation contribuant à l'évolution simultanée de deux organes sensoriels

    Les parties génitales mâles évoluent très vite chez les animaux. L'analyse de cette évolution est cruciale pour comprendre le phénomène de spéciation. Or, les gènes impliqués dans les différences génitales entre espèces sont mal connus. Un travail publié dans la revue Current Biology et issu d’une collaboration entre l’Institut Jacques Monod, le CNRS, le Muséum de Paris, le laboratoire EGCE de Gif-sur-Yvette et deux équipes aux Etats-Unis, constitue une première avancée chez les drosophiles. La mutation d'une seule lettre de l'ADN contribue à la fois à la perte d'organes sensoriels sous le phallus et à l'augmentation de taille d'un peigne sexuel localisé sur les pattes. C'est la première fois qu'on observe que l'évolution entre espèces de deux organes peut avoir lieu via une seule mutation.

  • Mai 2018 : La sensibilité des formines à la biochimie et à la force

    Si les formines sont maintenant bien identifiées comme étant essentielles pour la dynamique de quasiment tous les réseaux d’actine présents dans les cellules, comment l’activité des formines est modulée en fonction du contexte (cellulaire) biochimique et mécanique reste mal compris. Dans un article publié dans eLife, des chercheurs de l’équipe “Régulation de la dynamique d’assemblage de l’actine” de l’institut Jacques Monod, ont révélé que la longueur moyenne des filaments d’actine assemblés par les formines peut être très largement augmentée en présence de profiline, une protéine qui s’associe en complexe avec l’actine monomérique. En revanche, si une force de traction est appliquée à la formine, cette dernière se détache rapidement de l’extrémité du filament et les filaments générés sont plus courts. Comment les cellules limitent le détachement des formines dans les réseaux d’actine sous tension est maintenant une question essentielle pour de prochaines études.

Toutes les actualités

Inscrivez-vous à nos listes de diffusions

Emplois et stages

L'Institut Jacques Monod recrute !

Septembre 2018 : Financement post-doctoral, équipe Balavoine

Les prochains événements

  • vendredi11 janvier2019

    Habilitation à diriger des recherches

    Eve GAZAVE

    Evolution de la régénération et des cellules souches chez les animaux
  • vendredi18 janvier2019

    Séminaire de l'Institut

    Christian MUCHARDT

    Silencing machineries in transcription and splicing during the inflammatory response.
  • vendredi18 janvier2019

    Séminaire de l'Institut

    Bruno ANTONNY

    Molecular and cellular dynamics of lipid transfer at membrane contact sites

Tous les événements

Retour en haut de page