Recherche

 

 

 

 

Les pores nucléaires (NPCs, nuclear pore complexes) sont des structures élaborées, ancrées dans l’enveloppe nucléaire et composées de copies multiples d’environ 30 protéines différentes appelées nucléoporines (Nups). Notre équipe vise à caractériser, au-delà de leur fonction bien établie dans le transport entre le cytoplasme et le noyau, les fonctions non conventionnelles des nucléoporines, notamment dans la différenciation cellulaire au cours du développement, l’organisation de la chromatine et la mitose.

Nos travaux antérieurs ont contribué à la caractérisation d’un sous-complexe structural majeur des NPCs, le complexe Nup107-160 (aussi appelé “Y-complexe”), et à mettre en évidence son rôle dans l’assemblage des NPCs, sa contribution aux différentes étapes de la progression mitotique, et son implication dans la différenciation des cellules souches embryonnaires.

Nous poursuivons actuellement l’étude des fonctions, de la régulation et des partenaires directs de ces nucléoporines dans ces activités ” non conventionnelles “. Pour ce faire, nous utilisons des approches d’imagerie, de biochimie et de génétique (stratégies CRISPR/Cas9), dans des systèmes modèles tels que les lignées cellulaires humaines, mais aussi dans les cellules souches pluripotentes (mESCs et hiPSCs) et leurs dérivés différenciés, dont les organoïdes. Nous poursuivons également des études visant à comprendre l’impact des protéines du panier du pore nucléaire sur l’organisation de la chromatine et la régulation des gènes au cours du développement.

En élucidant le rôle normal de ces nucléoporines, nos travaux devraient contribuer à la compréhension des mécanismes par lesquels des mutations ou une mauvaise régulation de ces nucléoporines conduisent à diverses pathologies (notamment des pathologies rénales, des troubles neurodéveloppementaux et des cancers).

 

Figure 1: Etude des pores nucléaires dans les cellules souches embryonnaires.

Sujets de recherche actuels :

– Assemblage du pore nucléaire

– Nucléoporines, organisation du génome et régulation des gènes.

– Implication des nucléoporines dans les pathologies rénales et neurodéveloppementales.

– Nucléoporines, kinétochores et cycle cellulaire.

Modèles :

cellules souches pluripotentes (mESCs et hiPSCs), organoïdes, lignées cellulaires primaires et cancéreuses, drosophile.

Méthodes :

édition du génome, différenciation cellulaire, imagerie cellulaire, transcriptomique, biochimie.

Mots-clés :

pores nucléaires, enveloppe nucléaire, chromatine, différenciation, cycle cellulaire.

COLLABORATIONS SCIENTIFIQUES

Collaborations en cours :

Corinne Antignac, Institut Image, Paris, France;

Brian Burke, IMB, A*Star, Singapore;

Andreas SCHEDL, Institut de Biologie Valrose, Nice, France;

Collaborations antérieures :

Johannes LOFFING and Stephan C. F. NEUHAUSS, University of Zurich, Switzerland;

Bernardo REINA−SAN−MARTIN, IGBMC, Illkirch, France;

Elizabeth LACY, Memorial Sloan Kettering Cancer Center, New York, USA;

Raphael GUEROIS, Institut de Biologie et de Technologies de Saclay (iBiTec-S), Gif-sur-Yvette, France;

Richard VALLEE – Department of Pathology and Cell Biology, Columbia University, New York, USA;

Julien DUMONT, Institut Jacques-Monod IJM, Paris, France;

Lionel PINTARD, Institut Jacques-Monod IJM, Paris, France

GRANTS – FOUNDING /FINANCEMENTS

L’équipe a été labellisée “équipe FRM 2020” par la Fondation pour la Recherche Médicale et a obtenu en 2019 une subvention de l’IDEX Université de Paris. L’équipe a été soutenue par le Labex “Who am I?”, et accueille actuellement dans ses locaux les membres de la plateforme “enSCORE” dédiée à la production d’organoïdes neuraux , fondée par le Labex “”Who am I?”,