Comment s’établissent les domaines de réplication précoce ?

Les génomes des vertébrés se répliquent selon un programme temporel précis, fortement corrélé avec leur organisation en compartiments A/B (ouverts/fermés). A ce jour cependant, les mécanismes moléculaires impliqués dans la formation des domaines de réplication précoce restent encore largement incompris.

Grâce à une approche génétique réalisée dans la lignée DT40, l’équipe de Marie-Noëlle Prioleau a pu définir deux combinaisons minimales d’éléments cis régulateurs capables d’avancer le moment de réplication d’une région se répliquant en milieu de phase S. Ces combinaisons sont constituées d’un réplicateur fort associé à un promoteur constitutivement actif ou tissu-spécifique silencieux et de sites de fixation d’enzymes modifiant l’accessibilité de la chromatine. Lorsqu’elles sont situées à proximité, ces combinaisons minimales coopèrent entre elles et avec une origine endogène située à 30kb de distance pour avancer le moment de réplication de la région sur 250kb. Lorsque deux modules se trouvent séparés de 30kb, ils se rapprochent physiquement dans le noyau et agissent en synergie pour former un domaine de réplication précoce qui établit davantage de contacts avec les compartiments A de chromatine active. Cette synergie est dépendante de la présence du réplicateur/promoteur actif.

Ce résultat a été obtenu par l’équipe de Marie-Noëlle Prioleau à l’Institut Jacques Monod en collaboration avec des collègues de l’Université de Lyon 1 et de l’Université du Massachusetts.

Pour en savoir plus :

Clustering of strong replicators associated with active promoters is sufficient to establish an early-replicating domain.

Caroline Brossas, Anne-Laure Valton, Sergey V Venev, Sabarinadh Chilaka, Antonin Counillon,

Marc Laurent, Coralie Goncalves, Bénédicte Duriez, Franck Picard, Job Dekker & Marie-Noëlle Prioleau. The EMBO Journal, 16 September 2020

https://www.embopress.org/doi/10.15252/embj.201899520
 

Contacts : marie-noelle.prioleau(at)ijm.fr, caroline.brossas(at)ijm.fr, équipe Domaines chromatiniens et réplication

Go to top page