Une colle de mouche qui est universelle

Les insectes peuvent se coller à de nombreuses surfaces. Les bioadhésifs d'insecte représentent une grande source d’inspiration pour le développement de nouveaux matériaux. Chez la mouche Drosophila melanogaster, la larve sécrète une colle qui permet à l'animal de s'accrocher, pendant toute la durée de la métamorphose (plusieurs jours), à une tige, un morceau de feuille ou du plastique (au laboratoire).

En collaboration avec le laboratoire du Pr Stanislav Gorb à Kiel, Flora Borne, étudiante en thèse dans le laboratoire de Virginie Courtier-Orgogozo, a développé un test permettant de mesurer la force d’adhésion de cette colle. Elle a observé que l'animal adhère de façon similaire à différents matériaux aux propriétés physico-chimiques variées, avec une force correspondant à 15 000 fois son poids ! Ce test, couplé aux outils génétiques disponibles chez D. melanogaster, permettra à de futures études d’identifier les composés de la colle qui lui confèrent ses propriétés adhésives et de mieux comprendre les mécanismes d’adhésion.

Go to top page