Octobre 2018 : Une mutation contribuant à l'évolution simultanée de deux organes sensoriels

Les parties génitales mâles évoluent très vite chez les animaux. L'analyse de cette évolution est cruciale pour comprendre le phénomène de spéciation. Or, les gènes impliqués dans les différences génitales entre espèces sont mal connus. Un travail publié dans la revue Current Biology et issu d’une collaboration entre l’Institut Jacques Monod, le CNRS, le Muséum de Paris, le laboratoire EGCE de Gif-sur-Yvette et deux équipes aux Etats-Unis, constitue une première avancée chez les drosophiles. La mutation d'une seule lettre de l'ADN contribue à la fois à la perte d'organes sensoriels sous le phallus et à l'augmentation de taille d'un peigne sexuel localisé sur les pattes. C'est la première fois qu'on observe que l'évolution entre espèces de deux organes peut avoir lieu via une seule mutation.

Pour en savoir plus:
vidéo de 5 minutes
https://www.youtube.com/watch?v=37gVEkal560

Actualité du CNRS
http://www.cnrs.fr/inee/communication/breves/b412.html

Article:
Nagy O., I. Nuez, R. Savisaar, A. E. Peluffo, A. Yassin, M. Lang, D. L. Stern, D. R. Matute, J. R. David & V. Courtier-Orgogozo, Correlated evolution of two copulatory organs via a single cis-regulatory nucleotide change
Current Biology, 18 oct. 2018.
Doi :
Link to Current Biology :
Link to HAL :
 

Retour en haut de page