Janvier 2018 : Une petite molécule pour une grande cohésion

L’équipe de Françoise Poirier et Mireille Viguier à l'Institut Jacques Monod a mis en évidence qu’une petite protéine soluble, appelée galectine-7, contrôle la stabilité des jonctions adhérentes présentes aux contacts entre cellules voisines. Galectine-7 permet ainsi une meilleure efficacité au cours de la migration cellulaire collective. Ces travaux ont été publiés le 6 décembre 2017 dans la revue Scientific Reports.

Le maintien de l’intégrité de la peau est un défi constant pour la survie de l’organisme. Lors de la cicatrisation, un des premiers mécanismes de fermeture de la blessure est la migration des cellules de l’épiderme, les kératinocytes. Ce déplacement suppose une bonne coordination entres les cellules de la peau qui doivent rester cohésives afin de se déplacer de façon efficace. Cette cohésion est assurée par différentes jonctions établies entre les kératinocytes.

La migration cellulaire collective est un phénomène biologique majeur impliqué dans le développement embryonnaire ou la cicatrisation mais aussi lors du développement de tumeurs cancéreuses. Différents mécanismes comme la polarité avant-arrière des cellules et un comportement collectif, sont essentiels pour l’efficacité du déplacement de cellules assemblées en tissus. Ces processus requièrent des interactions entre les cellules qui sont assurées par des jonctions intercellulaires, notamment les jonctions adhérentes. Ces jonctions sont composées par des assemblages moléculaires organisés autour de la E-cadhérine, protéine présente à la surface des cellules.

Lire la suite parue sur le site de l’Institut des Sciences Biologiques du CNRS, rubrique « la recherche en sciences du vivant » : http://www.cnrs.fr/insb/recherche/parutions/articles2018/f-deshayes.html

  • En savoir plus :
    E-cadherin dynamics is regulated by galectin-7 at epithelial cell surface.
    Advedissian T, Proux-Gillardeaux V, Nkosi R, Peyret G, Nguyen T, Poirier F, Viguier M, Deshayes F.
    Sci Rep. 2017 Dec 6;7(1):17086. doi: 10.1038/s41598-017-17332-y.

Contacts : Frédérique Deshayes, Mireille Viguier, équipe Morphogenèse, homéostasie et pathologies, tél +33 (0)1 57 27 81 06

Retour en haut de page